L’importance du silence en cuisine selon grand-mère : écouter les aliments cuire

Loin des émissions de cuisine diffusées à grand renfort de publicités, au sein desquelles l'agitation et le brouhaha sont les maîtres mots, une pratique méconnue et pourtant essentielle perdure : l'écoute des aliments qui cuisent.

Le chuchotement des mets: un langage oublié #

Cette vérité, ma grand-mère me l’a enseignée avec patience et amour, au fil des repas familiaux. Si le silence est d’or, en cuisine, il revêt une importance capital. En effet, lorsque les marmites chuchotent et que les casseroles susurrent leur mijotement, l’art culinaire atteint sa quintessence. Dans cet avis, je vous propose de redécouvrir avec moi cette pratique oubliée.

L’art d’écouter la cuisine: un savoir faire ancestral #

De tous temps, les cuisiniers ont su faire preuve de patience. Comparer la préparation d’un plat à une symphonie n’est pas un hasard : chaque ingrédient, chaque geste, participent à la création d’un plat harmonieux. Cette harmonie ne peut être atteinte que si l’on prend le temps d’écouter les sons produits par la cuisson. Selon ma grand-mère, c’était le meilleur moyen de juger de l’état de cuisson d’un plat sans même devoir y jeter un œil.

Il n’est pas question ici de rester silencieux pendant des heures devant une poêle en attente. L’écoute en cuisine est bien plus subtile que cela. Il s’agit de laisser les bruits de cuisson venir à soi, de les interpréter et d’adapter sa recette en fonction. Faites le test : écoutez le gargouillis d’une sauce qui mijote, le chuintement d’une poêle chaude sur laquelle on pose un steak, le crépitement d’un beignet qui frit.

À lire Le petit plus de grand-mère pour rendre ses gâteaux fondants

Chaque son a sa propre signification, et c’est en les écoutant que vous deviendrez un véritable cordon-bleu. Un débutant peut imaginer que toutes les cuissons sonnent de la même façon. Mais après quelques essais comparatifs, la différence devient évidente : le doux murmure d’un rôti qui cuit lentement n’a rien à voir avec le son plus sec d’un œuf qui cuit rapidement dans une poêle chaude.

La pratique à travers une recette emblématique #

Si mon discours a piqué votre curiosité et que vous souhaitez vous essayer à l’écoute en cuisine, quoi de mieux que de commencer avec une recette emblématique ? La tarte aux pommes, simple et délicieuse, offre un terrain d’entrainement idéal à l’écoute des aliments.

Recette de la tarte aux pommes à l’antique :
1. Préchauffez votre four à 180°C.
2. Sur une pâte brisée, disposez des tranches de pommes.
3. Saupoudrez-les de cassonade, de cannelle et versez un soupçon de calvados.
4. Faites cuire au four pendant une trentaine de minutes.
5. Écoutez le doux crépitement du sucre qui caramélise et la pomme qui cuit doucement. Le son doit être léger, une gourmande musique à vos oreilles.
6. Lorsque le crépitement s’intensifie, c’est le signe que la tarte est prête.
7. Sortez la tarte du four et écoutez le silence : votre crépitante symphonie a tiré sa révérence.

Silence en cuisine: une symphonie gourmande #

Que ce soit pour la tarte aux pommes ou pour une recette plus élaborée, le silence en cuisine revêt une importance capitale. Les saveurs se dévoilent plus aisément à qui sait écouter. La prochaine fois que vous préparerez un repas, faites l’expérience : mettez-vous dans un état d’écoute active, n’hésitez pas à fermer les yeux. Vous constaterez rapidement l’importance cruciale des bruits de la cuisine.

À lire L’utilisation de la lavande dans la cuisine de grand-mère : parfum et saveur

Ilovemagrandmere.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :